Accueil » Portrait » Qasim Amin

Qasim Amin

L’égyptien qui avait le sens de la justice et de l’égalité entre hommes et femmes.

Image associée

Présenté par Emna Dahmane – 8mars 2019

 Son œuvre principale Tahrir al-mar’a  La Libération de la femme publiée en 1899

  • Né en 1865 à Alexandrie d’un père aristocrate kurde ottoman .
  • Qassim Amin a eu une enfance aisée au sein de l’élite politique égyptienne.
  • Il a obtenu une licence en droit en 1881
  • A 17 ans, il a quitté l’Égypte pour étudier en France , il y découvre la vie occidentale, ainsi que certains penseurs européens .
  • En 1892, il est nommé juge
  • Il donne la priorité à la raison et à la science
  • En 1900, il publie :  Al Mar’a al-jadida   (La femme nouvelle) : Il y affirme que l’éducation et l’autonomie des femmes sont des signes de modernité, et que le statut de la femme au sein d’une société reflète le niveau de civilisation atteint. Qasim Amin le défenseur des femmes Qasim Amin dresse un portrait très noir de la condition de la femme dans la société égyptienne du 19ème siècle. Pour lui, elle est considérée comme un être inférieur, sans droit, sans liberté. Ses idées détonnaient dans le paysage intellectuel de l’époque : il prônait l’éducation pour les filles, des lois plus égalitaires, notamment pour le divorce, la polygamie et la répudiation, il répéta souvent que les femmes pouvaient aussi être docteures et enseignantes.

    Mort à 45 ans, il reste une référence dans la pensée sur les droits des femmes au Moyen Orient.

    C’est seulement en 1999, pour la première fois, que le gouvernement égyptien lui a reconnu un statut de philosophe et a organisé un cycle de conférences de 6 jours sur son œuvre.