Nouveau
Accueil » Actualités » Chanter participe à la laïcité

Chanter participe à la laïcité

Le 25 novembre, nous publiions un article sur le Mouachah et nous avons évoqué

cette belle et douce chanson « Lamâ Badâ Yatathanâ » sur le site eleve-web, de manière à ce que les élèves puissent découvrir ce morceau musical du patrimoine Andalous.

Le vendredi 8 décembre , le journal Libération publiait un article à propos de cette chanson.

L’article de Libération dit qu’à Nice, dans un collège, la professeure de musique « a souhaité faire chanter à une de ses classes de 5e des chansons, dont cette fameuse complainte du XIIe siècle ». Mais certains parents d’élèves ont mal réagi à ce choix.

Rappelons que le programme de 5ème réserve un chapitre à l’Islam. La professeure de musique ne fait que prolonger de la manière la plus laïque qui soit ce programme en proposant de découvrir cette culture par le chant. Une initiative intelligente, d’ouverture et qui en plus dévoile un autre aspect de la civilisation musulmane. Une initiative qui rappelle que chanter n’a jamais été interdit en Terre d’islam et encore moins ailleurs. Les paroles de ce Mouachah chanté au  le sud de l’Espagne médiévale, disent l’amour et la beauté dans l’une des langues les plus poétiques du monde. Ne confondons pas culture et culte. Les parents devraient remercier ce professeure !

A quel genre appartient cette chanson ?

Le mouachah  désigne un poème  arabe ou hébreu de cinq ou sept strophes maximum, des strophes à rimes variées. Le genre fut inventé en al-Andalus, en Espagne médiévale musulmane, par le poète aveugle Muqaddam ibn Mu’afa al-Qabrí, au XIe siècle.Le mot Mouachah vient de l’arabe   موشحة   Mouachaha , qui signifie une double ceinture en cuir enrichie de paillettes ou de pierres précieuses.

EW

********************

Ci-dessous , des liens vers les différentes reprises de cette douce chanson:

1-  Lamâ Badâ Yatathanâ chanté ici par l’orchestre philharmonique de Paris

 

2-Batroun international Festival – Saint Rafqa’s choir 2013 – Directed by S. Marana Saad – Orchestration Elie Hardan


 

3- Christiane Karam Quartet, « Lamma Bada Yatathanna »: